Les formules de politesse

C’est une marque de respect pour votre destinataire. C’est un élément très formel de toute lettre, généralement à peine lue, mais cependant absolument obligatoire. Si celui-ci ne la lit même pas, il pourra pourtant remarquer si vous l’avez oublié.

 

  • Il est évident que dans un courrier officiel, pour une quelconque transaction commerciale, pour une recherche d’emploi ou quelque autre demande, il vous faudra la soigner.
  • Si vous écrivez au contraire à des gens dont vous vous sentez plus proche, ou avec qui il y a moins besoin d’être très formel, vous devrez adopter des formules de politesse moins soutenues, mais tout aussi respectueuses.

Il n’y a finalement qu’avec vos amis et à vos proches que vous pourrez adopter des formules de politesse très simples et conviviales.

Avant tout, il s’agit de faire une phrase complète, et grammaticalement correcte (même si elle peut paraître obscure).

  • Evitez les gaffes!

Une femme n'envoie jamais de "sentiments" à un homme.

La formule de politesse: "Veuillez agréer, Monsieur, l'expression de nos salutations distinguées." est incorrecte pour deux raisons :

  • Tout d'abord, parce que la formule "l'expression de" ne peut être suivie du complément "salutations".

Dès lors, il faut écrire: "Veuillez recevoir, Monsieur, nos meilleures salutations", ou (plus familier et/ou commercial) "Recevez, Monsieur, nos cordiales salutations".

Tout comme il est possible d'écrire: "Veuillez croire, Monsieur, à l'assurance de nos sincères salutations" pour indiquer à notre interlocuteur notre réelle intention de le saluer.

  • Ensuite, parce l'adjectif "distingué" laisse supposer que l'auteur du message se place hiérarchiquement au-dessus de son interlocuteur. Ce qui, au demeurant, peut être vrai dans un courrier s'adressant à un subalterne ou à un partenaire professionnel.

Dans le même ordre d'idées, les "dévouées salutations" s'adressent d'égal à égal, ou dans le cas d'une relation de subalterne à supérieur.

  • Mais, que signifie le verbe « agréer » et comment s’emploie-t-il ? Agréer a deux sens :
  1. Il signifie « approuver, accepter » et s’emploie avec un complément d’objet direct comme dans la phrase : « Veuillez agréer mes salutations respectueuses».
  2. Il signifie « plaire, être au gré » et s’emploie avec un complément d’objet indirect comme dans la phrase : « Ses compétences agréeraient à votre responsable».
  • Même dans les mails :

Il est important de respecter les règles de bienséance pour ne pas vexer votre interlocuteur et passer pour un rustre. L'important est de bien identifier le destinataire de son e-mail.

  1. le « Bien à vous » doit être réservé à un destinataire proche. Si « cordialement » reste la formule consacrée, mieux vaut, lorsque vous adressez un courriel à un destinataire auquel vous souhaitez témoigner du respect, utiliser : « Respectueusement », ou encore « Salutations respectueuses ».
  2. Si vous connaissez peu votre interlocuteur, mais qu'il ne s'agit pas de votre premier échange, vous pouvez vous fendre d'un : « Sincères salutations » ou encore d'un : « Cordiales salutations ».
    Pour éviter les écueils, mieux vaut miser sur des formules consacrées et sobres.
  3. Pour les mails adressés à plusieurs destinataires, le « Bonjour » ou « Bonjour à tous » en début de mail peut très bien convenir, tout comme « Cordialement » à la fin de votre écrit. 
  • Exemples de formules de politesse

Formules classiques

 «Veuillez recevoir, Madame, Monsieur, nos plus cordiales salutations»

« Je vous prie de croire, Madame/Monsieur, en l'assurance de ma sincère considération. »

Formules plus soutenues

« Je vous prie de recevoir, Madame, Monsieur, mes salutations respectueuses. »

« J'ai l'honneur, Monsieur l'Ambassadeur, de présenter à Votre Excellence l'expression de ma très haute considération »

Formules amicales

« Veuillez agréer, ma chère Sylvie, mon amitié la plus fidèle.»

« Recevez, mon cher ami, mes cordiales salutations.»

Mais évitez aussi d’inventer des formules de politesse originales car vous n’avez que l’embarras du choix !